Arrivée à Istanbul

Jeudi 25/08/2011

On quitte le camping après un petit déj’ sympa en bord de plage, et on roule sur une route moyennement sympa (la D-100) en direction d’Istanbul. On mange nos pâtes tomate-thon tranquillement sur la digue de Büyükçemece bien décidés à rider jusqu’à Istanbul cette aprèm!
On redémarre à pied sur une très très forte montée pour rejoindre notre route pas sympa et on fini par la quitter par raz-le-bol car on voit une route plus sympa sur le GPS (que les gens ne « connaissent pas », ils ne conseillent que la route pour voiture, évidemment). Et là on descend une forte pente qui s’avère être un cul-de-sac. On se renseigne au petit magasin et le jeune gars qui le tient nous pose des questions via son ordinateur et un site de traduction (car il ne parle pas anglais). On commence une discussion par ordinateur interposé (remarqué le singulier) et il en arrive rapidement à nous inviter à manger et enfin à dormir chez lui, sa soeur et son beau-frère, tous kurdes donc « les meilleurs » d’après lui! Invitation acceptée! Quand on lui dit qu’on va à Istanbul (à 25km d’ici), il nous dit qu’on est à Istanbul… Ah, oui, c’est grand!
On laisse le vélo et les affaires au magasin et on emporte juste de quoi dormir. En arrivant chez eux on découvre une table remplie de très bonne nourriture locale (Kadriye, sa soeur cuisine super bien) qu’on partagera avec eux et un couple d’ami. J’exagérerai un peu car j’aurai mal au ventre toute la nuit. La soirée se passe entre vidéo de leur mariage, shopping entre filles à 22h30 et film kurde (« Ay Lav Yu », à voir!!).
Ramadan oblige, Doğan (prononcez Doane) vient nous réveiller à 2h45 pour manger!!! On tente de lui faire comprendre qu’on dort la nuit… Ouf, on peut éteindre la lumière et se rendormir.

Vendredi 26/08/2011

Réveil dans la joie et la bonne odeur… de vomi puisque j’ai déjà remis 2x ce matin. On quitte l’appartement dans la nausée et on attend que ça passe pour reprendre la route vers le centre-ville. On finit par voir un médecin pour cette grosse indigestion/gastro et ça va beaucoup mieux d’un coup. Conseil avant départ « no oil, no sugar », ça va être dur à l’entrée de la ville des loukoums!
On ne reprendra le vélo qu’en fin d’aprèm décidés à trouver un hôtel dans le centre. On roule bien sur la route repérée sur le GPS, c’est calme et on longe la mer entre autre sur une… piste cyclable!! Oui! 25km plus tard et bien bien crevés (car pas mangé), on trouve une chambre à plafond bas au-dessus d’un magasin de téléphones portables.
Je m’endors comme une masse et Elodie surfe un peu pour savoir quoi voir et que faire ici!

Samedi 27/08/2011

Prise de contact avec Bado, notre contact matos vélo, on a rdv lundi matin. On sort péniblement de la chambre en début d’aprèm après une bonne nuit de sommeil. On sort pour manger un bout, voir un peu les alentours et trouver une carte de la ville. On est vraiment à quelques minutes à pied de la Sultanahmet Camii (mosquée bleue) et Ayasofya Camii (musée/mosquée Sainte-Sophie, ex-basilique chrétienne). Notre journée se résumera à zoner un peu et loucher sur les pâtisseries interdites (temporairement, ouf). Elodie est solidaire et met aussi son estomac au repos de sucrerie! Merci!
La journée s’achève avec un petit concert en plein air présenté à l’occasion du Ramadan.

Les premières impressions de la ville sont bonnes pour Elodie, bien qu’elle trouve cette ville un peu trop grande (13 millions d’habitants et autant de chats, quand même). Moi je trouve surtout qu’il y a trop de touristes, enfin, trop de monde tout simplement (quel choc après la Bulgarie quasi moitié moins peuplée que cette ville).

2 réflexions au sujet de « Arrivée à Istanbul »

  1. Béré

    Coucou…
    Non non non, ne vous laissez pas impressionner par la taille d’Istanbul… Il faut s’y perdre et s’y reperdre, chercher les ruelles, entrer dans les cours cachées, dans celles de mosquées non touristiques, dans les boutiques, prendre le bateau au lieu du taxi (ou du vélo), tester les hammam, se laisser emporter par le rythme de la ville, elle est magique 😉
    Bon, évidemment, il faut manger, boire, sentir, goûter aussi …
    Profitez-en c’est une ville qu’on a jmais fini de découvrir.
    Besos,
    Béré

  2. EnricoSab&Lili

    Dites, vous êtes bien sur le même vélo ?? Je vois sur les photos que Geoff est devenu tout noir et que Elodie est restée toute blanche ! 😉
    Merci la peau des Meyer !!!

    Toujours aussi cool de vous lire.
    Bisous !

Les commentaires sont fermés.