Vers Erzurum

Vendredi 07/09/2011

P1130812.JPGOn se réveille un peu courbaturés des  deux journées passées. On apprend par la caissière du BIM que 2 allemands nous devancent d’un jour… Ils vont sûrement un peu plus vite (3 mois depuis l’Allemagne)… On quitte Bayburt sans l’avoir visitée, rhoooo, on est la pour quoi?! Pour grimper! Allez, c’est parti, direction les 2400 m (on est déjà à 1550).
Ça commence doucement et avant la grosse montée, on s’arrête pour manger devant une mosquée avec tout le confort : eau, toilette, banc, ombre. Il fait un petit 20°C à l’ombre, au soleil c’est très agréable (sauf en roulant car on sue pas mal, mais on va pas se plaindre hein).
P1130844.JPG On attaque donc la montée avec, en alternance, des moments où je pédale seul avec tout le barda, des moments où on pédale ensemble et des moments où je pédale avec le tandem et Elodie marche avec la remorque. On y arrive sans proposition de lift, mais de toute façon, aujourd’hui, j’avais pas envie d’un lift, j’avais la gnak! On nous propose de nous emmener jusqu’à Erzurum à 2 km du somment, on refuse. On terminera à deux et on campera tout en haut à 2431 m, en octobre (ça, c’est fait!). La journée de demain commencera, par le changement de plaquettes arrières, mais aussi et surtout par une belle descente!
On est maintenant « plus » à l’Est qu’au Nord… N40.03722° – E40.51116°

Samedi 08/09/2011

On a moins bien dormi que la dernière fois. Il faisait plus doux (genre 4 ou 5°C dehors) et le sac de couchage était donc un peu trop chaud. Changement des plaquettes de frein arrière de grand matin pendant qu’Elodie range les affaires, petit déj avec du pain de 2 jours un peu dur et en avant! P1130905.JPGC’est la journée super-promo aujourd’hui, on commence avec près de 16 km gratuits! Enfin, en descente quoi (-800 m)! On traverse Aşkale sans regret de ne pas s’y être arrêté, mauvais feeling (mais c’est juste un sentiment).  Un enfant nous demande d’où on vient et il estime à 3 mois notre voyage… quelque chose me dit que 2 allemands sont passés par là car il n’aurait pas pu l’estimer si facilement! Bref, ça roule bien, mais on a un peu de mal a trouvé un endroit pour manger car la route est un peu au milieu de nulle part (on longe bien un petit village, Çayköy, mais à nouveau pas très accueillant). On arrive à une station pipi et on y mange nos pâtes.  DSC_3083.JPGAlors qu’on voit la ville au loin, pause pipi et thé offert en station Opet!
Les tous derniers kilomètres pour entrer dans Erzurum sont les plus durs car on en a marre et c’est un long faux-plat… On termine avec un peu plus de 80 km pour la journée.
Rapide constat lors de l’entrée de la ville : c’est un peu comme à Trabzon, très « européen » avec une grande université (40.000 étudiants)! Une ville qui semble jeune donc.

Dimanche 09/09/2011

Aujourd’hui, on passe pas mal de temps sur le net (ce netbook nous sert vraiment bien!!!) pour chercher des vols vers Goa plutôt que Mumbaï et bonne nouvelle, ça existe et pas beaucoup plus cher.
On se casse pas mal la tête pour faire des estimations de dates car il va bientôt falloir réserver un vol et se décider si on vole depuis Dubaï ou Shiraz pour être plus tranquille en Iran (mais au vu de la carte relief de l’Iran, on louperait pas mal de paysages en quittant l’Iran avant le Golfe Persique).
DSC_3086.JPG Ce midi, on a mangé un bon dürüm avec un ayran et le thé offert pour 3 TL (1,25€) par personne! Dans l’aprèm, on s’est baladé, on a visité la mosquée Lalapaşa (1562) et les alentours et on est arrivé dans un genre de mini « kermesi » où on s’est payé 4 parts de baklavas chacun pour le même prix que le repas! Miam!!! Un peu de temps dans l’espace piéton où il fait bon discuter entre amis et profiter du soleil.
On fait quelques courses au BIM, on rentre vers l’hôtel et au passage on retire déjà des dollars US (en distributeur, c’est très pratique) en prévision pour l’Iran.
DSC_3113.JPG On remarque que dans cette ville, on est très regardé, comme des touristes! Bon, ok, on a des vêtements de touristes mais quand même, avec autant de stations de ski dans le coin, des pistes de saut à ski et un aéroport, on ne doit pas être une denrée très rare par ici…?
Ce soir, pour fêter nos 6 mois de mariage (déjà!), on se paie un bon resto à 18 TL (7,50€ pour deux)! Même endroit que ce midi, à deux pas de l’hôtel… feignasses qu’on est!

On ne parle pas trop de météo… vous l’aurez compris par les photos, on a pas mal de chance! Surtout qu’en montagne, ça peut vite être le cauchemar! Même pas de vent contre (ou si peu), c’est dire! Pourvu que ça dur car après-demain on retourne titiller les 2300 m!


Article publié depuis ici :

5 réflexions au sujet de « Vers Erzurum »

  1. Christophe

    C’est sûr que ce serait dommage de louper le sud du Fars. Surtout que la météo est plutôt agréable dans cette partie de l’Iran à l’époque où vous y serez.
    Par contre, de Bandar Abbas par exemple, il est probablement plus facile de trouver un bus vers Shiraz qu’un bateau vers Dubaï.

    1. Geoff & Lodi Auteur de l’article

      Ben, justement, à Bandar Abbas y a des ferries qui vont à Dubaï!
      Merci du conseil sur la région! Vous avez fait la route de Shiraz à Bandar Abbas? C’est plein de camions?

      1. Christophe

        Pas de souvenirs de camions, donc c’est que ça doit aller. Mais on avait pas pris la route 92. On a fait Shiraz – Kavar – Firuzabad – Ghir – Khonj – Evaz – Lâr – Bandar-e-Pol – Bandar Abbas.
        On avait beaucoup apprécié parce qu’on y avait retrouvé l’été après des mois sous la neige en Turquie et au nord de l’Iran. Les gens nous offraient des fruits frais sans arrêt et les paysages sont très désertiques avec quelques oasis, très dépaysant.
        Entre Ghir et Lâr, c’est une région peuplée par des sunnites alors que tout l’Iran est Chiite. Du coup, ils sont très différents (en plus ils parlent anglais puisqu’ils préfèrent travailler à Dubaï que dans une ville Chiite). Très bons souvenirs.
        Entre Lâr et la mer, c’est très paumé et les gens étaient plutôt fermé à notre encontre, du coup on avait triché un peu et fait du stop en espérant rattraper un couple de français qui nous précédaient d’une journée… on les a jamais rejoint.

          1. Christophe

            Ouais, bon j’en ai peut-être rajouté un peu. Disons 3 mois d’hiver avec quelques épisodes neigeux. 🙂

Les commentaires sont fermés.