Tehran

Lundi 24/10/2011 (suite)

P1140511.JPG Midi, on fait le checkout à l’hôtel et on va manger un bout avec Bertrand et Loïc avant de les lâcher pour nos aventures respectives : eux vont rouler, nous allons prendre le train!
On entre dans la gare et tous les sacs passent aux rayons X, par contre, nous, on n’est pas contrôlés! On conduit le vélo au quai et on décroche juste la remorque pour leur faciliter la manutention. J’explique juste la béquille au gars. P1140527.JPGOn devra payer 222000IRR (15€) à l’arrivée alors qu’un billet d’une personne en 1ère classe nous a coûté 194000IRR! Le vélo arrivera à 11h à Tehran, soit 5h après nous. On attend le départ dans un parc en mangeant quelques nougats mous.
Ça y est, on peut embarquer! Mmm, c’est chouette, on a même des petits cakes et des berlingots de jus d’orange. On commence le trajet seuls dans notre compartiment mais plusieurs fois les gens viennent et on les change de places. Finalement un jeune couple passera la (courte) nuit avec nous.

Mardi 25/10/2011

On nous réveille à 4h du mat’… Le début de la journée est dur dur, ça commence par une sieste sur les sièges de la gare car il est trop tôt pour quoi que ce soit!
On prend un taxi pour aller à l’ambassade de France vers 8h30 et on y apprend la mauvaise nouvelle : les notes de présentation qu’on avait demandées et qui sont prêtes sont introuvables car la personne qui les a préparées est en congé et n’a pas laissé d’instruction. Super, demain ils sont fermés, on perd des jours sur notre visa iranien avec ça! Dans la confusion, on file à l’ambassade d’Inde pour entamer la procédure de demande, mais mes photos d’identité sont dans les sacoches sur le tandem dans un train quelque part… Retour à la gare pour accueillir le vélo à l’heure prévue et en bon état! Voilà une bonne nouvelle! La mauvaise (oui, y en a une), c’est que ça nous coûtera 18000IRR de plus pour un truc (la manutention?) ici à Tehran. Bon, c’est un peu plus d’un euro, c’est pas la mort.
P1140532.JPG On contacte Bijan, notre deuxième WarmShowers! Super, il est à 3 km de la gare, ensuite on roule ensemble vers chez lui. Le trafic à Tehran, c’est quelque chose! Bruxelles, à côté, c’est le paradis!!! Istanbul et Tabriz étaient de bons exercices! Les bandes de circulation et les feux ne servent pas à grand chose, mais dans ce capharnaüm, je gère encore plutôt bien et le tandem spécial (et bien chargé) attire les regards et la sympathie des automobilistes. On se faufile encore pas mal mais Elodie a quelques frayeurs et a l’impression d’être dans un jeu vidéo : à chaque carrefour, un nouvel obstacle, une nouvelle épreuve et parfois un « boss » quand c’est un peu chaud! Mais dans un jeu vidéo, on a plusieurs « vies », nous on en a qu’une donc on reste prudent. En fait, je trouve ça encore pas trop difficile dans la mesure où l’on sait que c’est le bo**el. Ils sont imprévisibles mais ils le sont tous, ça fait donc un truc qui roule et dans lequel on peut se faufiler. A Bruxelles, par contre, faut faire avec les sautes d’humeurs des automobilistes qui sont censés être prévisibles mais qui tout d’un coup déboîtent à plein gaz car ils s’énervent subitement! Mais niveau pistes cyclables et voies vertes ou déplacements utilitaires avec des enfants, on en est loin par ici!
En fait, plus qu’une douche chaude et un endroit pour dormir, on a carrément un appart’ pour nous deux! Bijan, qui habite au-dessus, est un cycliste sur-vitaminé! Il est sympa, il est drôle, il est végétarien (ce qui n’est pas sans nous déplaire) et, cerise sur le gâteau, il nous fait le petit déj et le souper! On lui dit qu’il en fait trop mais il nous répond, comme aux autres voyageurs, qu’il est là pour aider « l’Univers », pas simplement 2 cyclistes belgo-français. Et qu’à notre tour, on aidera quelqu’un, pas forcément lui… Bref, il a une chouette mentalité et philosophie!
Quelques bons livres (guides sur l’Iran, Tehran, Isfahan…) traînent dans l’appartement et un guestbook avec des astuces d’autres voyageurs!
On va déposer notre linge à une laverie, mais le prix de 470000IRR nous fait faire demi-tour. Bijan y est passé plus tard et en fait, le vieux monsieur fait le même prix pour un t-shirt que pour un veston… Ooooook! Oui, les gens ne viennent pas déposer leurs t-shirts ici. C’est une autre mentalité. On fera à la main, fin de l’histoire.

De retour à l’appart’, on constate que pas mal de sites ou services sont bloqués sur internet en Iran. Vous patienterez pour les superbes photos… On trouve aussi les jours de fermeture de l’ambassade d’Inde : évidemment y en a quelques uns ces jours-ci! On fera peut-être la demande ici et l’application du visa à Bandar Abbas!

Toujours des discussions intéressantes avec Bijan pendant le repas.


Article publié depuis ici :

Une réflexion au sujet de « Tehran »

  1. anneke

    Hep les loulous
    Tjs aussi contente de vous lire… Vous me manquez!!!
    Restez prudent… ça a l’air bien l’Iran.
    Je vous envoie un ‘tit mail avec des infos plus persos ce jour.
    Milles bises

Les commentaires sont fermés.