La fuite vers le Népal

Mardi 28/02/2012

P1170518.JPG La journée commence donc par la réparation du rayon cassé. On prend ensuite la route vers le Nord et moi bien crevé avec un bon rhume (pollution depuis Varanasi?)! On pourra s’arrêter à mi-chemin, y a un village où y a sûrement un hôtel.
La sortie de Gorakhpur nous confirmera notre envie de quitter l’Inde (du Nord du moins), aujourd’hui, pour la première fois, on utilise tous les deux nos bouchons d’oreille en roulant! DSC_8480.JPGMais pas d’inquiétude, on garde un super souvenir de l’Inde!
Effectivement, après 40 km, on arrive à ce village, on passe devant un « haveli » et Elodie me laisse le choix… On continue! À nous le Népal! Ce soir! Une dernière bouffe sur le bord de la route avec des petits vieux et au menu : samosas et « tchaï ».
On arrive à Sunauli, le village frontière, qu’on traverse en deux coups de pédales ou presque et nous voilà déjà au Népal après un passage dans le No Man’s Land. La frontière, ici, c’est quasi comme chez nous : on passe dans tous les sens, sans contrôle… P1170532.JPG Tellement facile qu’en fait on est sorti d’Inde sans notre cachet! Retour en Inde après ce bref séjour illégal au Népal Au bureau de l’immigration, on remplit les papiers hop hop hop et l’officier nous demande combien de pays on a traversé ainsi que notre préféré. Elodie lui répondra carte-sur-table : la Turquie! J’arrondis les angles (au cas où) en disant que la bouffe indienne est notre préférée! Un type nous dit qu’on ne sait pas changer de roupies indiennes du côté népalais, on n’y croit pas, c’est écrit dans tous les guides qu’on peut le faire! Deuxième entrée au Népal où l’on remplit les papiers pour l’obtention d’un visa de 30 jours (40USD). Ayant besoin de 45 jours, il est plus intéressant de demander 30 jours et de prolonger à Kathmandu ou Pokhara (40+30USD) plutôt que de payer pour 90 jours (100USD). La prolongation prend 2 heures paraît-il! On en profite pour changer des roupies indiennes qu’on a retirées il y a 3 jours à Varanasi en prévision d’une route en plus de jours que ça. Taux fixe de 1INR=1,6NPR sans commission! Visa en main, ça y est, on est officiellement au Népal maintenant!
On se pointe dans un des hôtels de cette ville poussiéreuse, cité transit sans intérêt autre que le repos ou l’attente d’un bus pour les backpackers ou autres locaux en déplacement. Par hasard, c’est un hôtel du Lonely. On vise un peu plus haut de gamme mais avec le taux des roupies qu’on n’a pas encore en tête, on se trouve dans notre gamme de prix habituelle et en plus c’est grand et propre! Cool!
On passe un bout de la soirée au resto avec des touristes : une mère de famille allemande qui a droit à 4 semaines seule où elle veut tous les 2 ans et un jeune couple bolivio-hispanique fort sympathique!
Crevés, après ces 309 km en 3 jours, à 22h il est déjà trop tard. Au lit!

Mercredi 29/02/2012

Aujourd’hui, route cool, 25 km de plat au Népal!
Enfin, au Népal, au Népal… On voit quand même beaucoup d’Indiens et tout ce qui peut s’acheter est indien. On est probablement encore trop près de la frontière.
Arrivée pour midi à Lumbini où l’on trouve un des lodges cités par le Lonely et ayant une cour intérieure (on aime ça pour le vélo). Par chance, y a internet en WiFi… quand y a du courant! Premier repas népalais pour le lunch : des momos (genre de raviolis) préparés en 5 minutes, ça change des 45 minutes en Inde!
P1170535.JPG Après relax au lodge et quelques sessions Skype jusqu’à la coupure de courant (ciao P’pa, et Papi on vous rappelle une autre fois).
On a remarqué plusieurs choses déjà chez les quelques Népalais qu’on a vus : certains ont des masques pour la poussière ou la pollution et les filles ont des coiffures un peu plus branchées/sophistiquées qu’en Inde. Aussi une présence militaire plus visible avec des uniformes plus modernes. J’ai trouvé un de ses masques pour 20NPR, je suppose donc que ça ne filtre rien, du moins rien d’intéressant!
Elodie termine la lessive à la lueur de la lampe frontale puis on trouve un endroit où manger un Nepali Meal Set, l’équivalent d’un petit thali indien. La coupure d’électricité durant longtemps, au lodge on est passé à la bougie dans les escaliers et on a coupé le générateur. Une bonne nuit s’annonce dès 20h45!

Petite astuce endormissement : on écoute des « livres audio » et si on est en forme ça aide à s’apaiser, si on est un peu fatigué ça accélère l’endormissement et si on est crevé, on tombe tout de suite!

Petit point climat : on a toujours du beau temps et toujours sec depuis l’Iran. Actuellement entre 25 et 30°C en journée et toujours ce voile à l’horizon (pollution ou brume?). À 18h45, il fait déjà nuit, apparemment c’est pas le cas en Belgique…


Article publié depuis ici :

6 réflexions au sujet de « La fuite vers le Népal »

  1. jnebbot

    Toujours la même impression : l’Inde, on est toujours content de la quitter tout en sachant qu’on meurt d’envie d’y retourner…
    Et maintenant ?
    Vers Pokhara ou Katmandu?
    Si vers Kathmandu, l’effort à passer par l’ancienne route, la Tribuvan Highway, via Hetauda, offre les plus beaux paysages de l’Himalaya : à méditer !
    Bonne route (et ne comptez pas sur les Népali pour être plus civilisés au volant !)

    1. Geoff & Lodi Auteur de l’article

      On va peut-être en décevoir mais on ne meurt pas d’envie de retourner en Inde! Ou alors juste pour manger! 😉

      On a répondu à tes questions dans le dernier article en date.
      Et merci de l’avertissement du volant! Il paraît que c’est mieux qu’en Inde mais qu’ils roulent plus vite… On verra si on en impose toujours autant (en Inde on était plutôt respecté).

  2. Christophe

    Effectivement, cette route est réputée pour son panorama … mais peut-être est-il préférable de vous renseigner avant des conditions de visibilité. Fin mars – début avril, on avait strictement rien vu. Il faisait pourtant beau mais il y avait une sorte de brume très courante au Népal.

    Je dis ça parce que la route est dure, très dure, très très dure 😉

    1. Geoff & Lodi Auteur de l’article

      Ouais, il paraît qu’on va devoir pousser le vélo sans que ça soit nécessairement plus facile, c’est Valentin et Kelly qui y sont passés y a 2 semaines qui nous l’ont dit!
      Pour la visibilité, ça avait l’air ok mais ça reste la montagne… changeante!

  3. Christophe

    Ouais, ben nous on avait fait du stop jusqu’au col (Daman pass ?)
    Et la route, elle était tout aussi jolie depuis l’arrière d’un pick-up que le nez dans le guidon à pousser son vélo 😉
    Sinon, sur votre chemin, nous on avait adoré Chitwan National Park.

    1. Geoff & Lodi Auteur de l’article

      Elodie s’est déjà bien faite à l’idée du pick-up, ce que je ne voudrais pas c’est de commencer l’ascension en se disant qu’on prendra de toute façon un camion (et surtout pas un camion pour se retrouver enfermé dans la cabine).

      Sinon, nous y voilà au Chitwan! On reste 2 jours! 🙂

Les commentaires sont fermés.