De Ouarzazate à la Vallée des roses

Samedi 28/04/2012

On quitte Sam qui a réussi à se réveiller avant midi (en ce moment, il va « dorbir » tard et il est un peu « balade »). Les paquetages sont fait, Sam va en ville prendre un jus et on prend la direction du retour! Le retour oui, car à partir d’aujourd’hui, on se dirigera constamment vers la Belgique puisqu’on n’ira pas plus vers le Sud.
P1190378.JPG Le vent d’hier est toujours là mais, heureusement pour nous, on l’a dans le dos! Alors autant ça nous aide sur le plat et dans la descente, autant en montée on reste à du 5 km/h! Faudrait une voile…
Pendant une longue ligne droite, on voit un cycliste se rapprocher. P1190397.JPGD’abord on voit qu’il a des sacoches, puis qu’il a un t-shirt rouge et un casque blanc et enfin qu’il s’agit de Jean-Jacques, qu’on a rencontré il y a quelques jours, souvenez-vous! De nouveau, on papote, et JJ teste même la place d’Elodie. On se dit à bientôt mais plus au Maroc car il se dirige vers Marrakech pour son retour en France. On arrive assez tôt à Skoura (juste avant en fait) et son camping désert. Le rush ici est de décembre à février avec une belle collection de camping-cars! On mange au « resto » du camping, une délicieuse tajine de légumes!
DSC_1136.JPG Dans l’aprèm, on va faire un petit tour dans la palmeraie, un endroit paisible, parfois abandonné (habitations), mais toujours travaillé (champs). Les oliviers protègent les petits champs de blé et les palmiers retiennent l’eau et la fraîcheur pour une meilleure irrigation. Un peu casse-pipe la piste en terre et cailloux, surtout lors des traversées du lit de rivière asséchée. Retour au camping, petit souper au pain-kiri et au lit!

DSC_1159.JPG

Dimanche 29/04/2012

On change d’heure, aujourd’hui le Maroc passe à l’heure d’été : heure belge -1.
DSC_1175.JPG DSC_1161.JPGLa route du jour n’est pas des plus intéressante car le paysage n’évolue pas, c’est désert! Ceci dit on ne s’ennuie pas pour autant et je fais tout de même un paquet de photos de la montagne qu’on voit toute la journée! Les pâtes du midi se feront dans le vent et je dois constituer un petit muret pour protéger le feu.
DSC_1283.JPG Le paysage change dès l’arrivée à Kelaa M’Gouna : de la verdure mais surtout l’odeur des roses! Au début, je croyais que les enfants qui vendent des colliers de roses sur la route ajoutaient du parfum sur les fleurs mais même en passant à côté de buissons en bord de route, ça sent bon la rose sucrée à quelques mètres et sans s’arrêter! Apparemment, il s’agit de la « Rosa Damascena », très odorante. Au centre de la ville, on retrouve Hicham (CouchSurfer) qui doit nous présenter un de ses amis car il n’a pas le temps et il file sans payer sa boisson… Hamid habite à 8 km, on devra les refaire demain pour revenir à la vallée des roses. On roule jusqu’à ElKhmis du Dadès, le village de Ahmid, qui est en fait à 15 km! Ça change la donne, si on avait su, on aurait pas v’nu! Bref, on se retrouve dans son énorme maison et demain il veut venir faire 100 km avec nous (ce n’est pas un cycliste). Bon, on verra, Inch Allah!
Saida rentre d’un deuil, 2 jeunes ont été fauchés par la voiture d’un expat’ qui revenait au village pour 2 jours (ils ont surgis brusquement et ont surpris le conducteur qui se retrouve maintenant pour 1 mois en prison). En attendant que les spagh cuisent, on discute en buvant le thé et elle nous apprend quelques mots de berbère, enfin, du berbère de SON village car à 20 km près ça change! Après avoir appris quelques mots d’arabes à Casa, on n’est pas dans la m**de avec tous ces dialectes! Elle semble très fier d’être berbère et en fin de soirée elle a l’air de dire à Elodie qu’il faut mater les hommes! 🙂 Apparemment, demain je dois faire le thé et Elodie le couscous pendant qu’ils se croiseront les bras… c’est pas gagné! On verra. Karim, leur fils de 4 ans, après avoir fait le fou-fou toute la soirée, s’endort bien vite. Le temps de ranger la cuisine et au lit, il est déjà 23h15! En camping, on serait au lit depuis 3h 😉

Lundi 30/04/2012

Aujourd’hui, balade à vélo sans bagage pour voir à quoi ressemble la vallée des roses! Et finalement, ni Ahmid ni Saida ne viendra avec nous en vélo. On sera un peu plus libre.
P1190475.JPG Au début de la vallée, c’est plutôt la vallée du sac plastique rose, mais heureusement après quelques kilomètres ça devient plus « nature ». On est à la bonne période pour voir les roses mais les femmes ont déjà fait la cueillette du jour et il ne reste que les bourgeons pour les jours futurs. D’ailleurs, quand on croise une femme avec son sac plein de roses, c’est un délice olfactif et on en profite à chaque inspiration!
P1190526.JPG Les paysages sont superbes, le relief qui au début n’avait rien de particulier se montre différent de ce qu’on a pu voir avant et les difficiles ascensions passent comme rien! Bon, on n’a pas les bagages, ça aide vachement! On remonte le cours de l’Oued M’Goun et juste avant Bou-Thrarar, on manger notre pain-vache-qui-rit sur le bord de la route calme avec vue sur le village, la vallée, les montagnes dignes de l’Ouest Américain (Colorado ou Monument Valley) pendant que les femmes s’activent à la lessive sur les rives de la rivière. DSC_1282b.JPGUn petit thé à la menthe au village et en route pour le retour qui sera nettement plus facile, mais avec quelques belles côtes quand même (les descentes qu’on a eu à l’aller puisqu’on emprunte la même route). Sur le chemin, le Soleil a rendez-vous avec la Lune, … et la Lune est là! Petite pensée pour mon oncle DD!
De retour à Kelaa, on retrouve Hicham et Ahmid au café qui se feront offrir l’apéro une seconde fois. Bref! On rentre au village pour s’y reposer et passer la soirée avec Ahmid, Saida et Karim qui ne s’arrête pas de faire du vélo dans la cour, quel énergie après une journée d’école! Finalement ce soir, on ne devra pas préparer le couscous et malgré qu’on ne soit pas vendredi, on y a droit et il est super bon! À la fin, il ne restait pas grand chose et, comme de tradition, nos hôtes insistent pour qu’on mange (« koul » en arabe, ou « tch » en berbère) et comme on n’en peut plus, je lance le truc de « une cuillère par personne » et ça marche! Ouf!

Donne-moi!
Comme ça commence à nous énerver les « donne-moi un dirham », « donne-moi un stylo » ou toute autre variante sans « bonjour » et qu’on est beaucoup plus exposé que les touristes en voiture bien protégés de tout dérangement derrière leurs vitres fermées dans leurs 4×4 de luxe, j’ai entamé l’offensive! Quand on est encerclé, je lance un « tu veux un stylo? », s’en suivent de grands sourires, puis je termine le boulot avec un « donne-moi 20 dirhams alors »! Aaaaah, on en est devenu cruel, mais c’est pas bien de mendier et encore moins bien de donner!
L’autre jour, Hicham nous proposait une solution miracle à ses embêtements : « pour ne plus avoir ces problèmes, tu achètes un paquet de bonbons et… » On l’a interrompu en lui disant que c’est pas la solution du tout!

Mardi 01/05/2012

P1190581.JPG DSC_1295.JPG Après un petit déj’ pain et huile d’olive maison, on démarre avec Ahmid à vélo. Il doit se rendre aussi à Boumalne pour un problème de téléphone. Rien de particulier sur la route jusqu’à ce qu’on tente de dire au revoir à Ahmid qui s’enfuit à moitié sans nous serrer la main… Étrange. Enfin, après moins de 10 km (notre plus petite étape), nous voilà à l’hôtel qu’Elodie a sélectionné pour retrouver ses parents. On change radicalement de style, nous voilà dans une kasbah de luxe! Le temps est au farniente et aux retrouvailles. Une Hollandaise avec qui on avait discuté ce matin nous disait : « vous ne saurez pas par où commencer » mais avec le blog et les fréquentes communications sur Skype, on se retrouve très facilement à parler de choses du quotidien.


Article publié depuis ici :

Une réflexion au sujet de « De Ouarzazate à la Vallée des roses »

  1. CATHERINE BUJADOUX

    Bonjour,

    Félicitations pour votre merveilleux voyage, je me suis régalée en lisant toute votre histoire.
    Pour Elodie, elle demande à ses parents qui je suis.

    Maintenant que je peux suivre votre voyage, je vais regarder tous les jours votre périple.

    Bonjour à vos parents et à vous également.
    Je ne vous connais pas mais par votre blog je fais connaissance.

Les commentaires sont fermés.