Archives par étiquette : pluie

Trabzon et son consulat magique

Samedi 01/10/2011

Ça y est, on est en octobre… ça se confirme, nous ne sommes plus en vacances, mais bien en voyage!

P1130647.JPG On charge le vélo au sec mais la pluie ne se fera pas attendre plus longtemps, heureusement elle nous quittera en fin de matinée. On aperçoit même des trous de ciel bleu! On arrive à Trabzon vers 15h, une petite pide pour fêter ça.
On arrive péniblement (tandem/rue piétonne chargée/trottoirs fréquentés) à une place centrale près du port où Elodie fera la tournée des hôtels du coin pour nous dénicher le Palas Otel Benli à 33 TL par nuit pour deux et c’est correct! Petit Burger King le soir pour fêter… euh, rien, pour le plaisir de manger des crasses!
Aujourd’hui pas de thé offert, mais des thés refusés! Pourquoi? Ben, on nous les proposait à chaque fois qu’on redémarrait d’une pause… C’est pas plus mal pour nos dents et la vessie d’Elodie 😉

Dimanche 02/10/2011

On fait les touristes, on prend un bus pour aller voir l’ancien monastère de Sümela. Quelques photos valent mieux qu’un long discours. On est quand même content de l’avoir visité hors saison.
Au retour, on repère le consulat d’Iran à 500m de l’hôtel et on s’écroule à l’hôtel pour une sieste imprévue (fatigue des derniers jours?).
Le soir, un bon petit repas dans un resto de la place pour le même prix que le Burger King d’hier et bien meilleur!!!

Lundi 03/10/2011

Consulat d’Iran à 9h10! On remplit les formulaires et Elodie va faire de nouvelles photos d’identité avec un voile. 10h, les visas sont acceptés et on devra revenir avec les reçus des versements (75€/personne) fait à la banque ce matin. Retour à l’hôtel pour sieste, comptes, rédaction,…
P1130655.JPG De retour au consulat, on récupère nos passeports avec un beau visa iranien, ça marque quand même un peu un tournant dans le déroulement du voyage, même si c’était facile de l’obtenir!
Quelques courses au BIM pour nos prochains jours (biscuits, confiture, pain, fromage…). En vue pour la suite : une dernière étape le long de la Mer Noire vers Of puis on bifurque vers Erzurum pour grimper jusqu’à 2300 m… en octobre? En camping? Brrr!

On a reçu des news de ChainReactionCycles.com suite à notre email de réclamation (rédigé par notre super secrétaire : le papa d’Elodie), ils nous offrent des « compensations » liées au délais d’attente (que nous avions estimés à 179€). Affaire à suivre quand on revient!

Pour infos :
– le consulat d’Iran est ici : N41.00225 E39.73118
– un des nombreux studio photo est ici : N41.00337 E39.73095
– la banque où faire le versement est ici : N41.00625 E39.72663
– l’ATM TEB (BNP) où retirer des Euros est en face de la banque
– l’hôtel Benli à 35 TL la chambre double est ici : N41.00491 E39.73270

Afficher le lieu de publication

Temps/tant de chiens

Mardi 27/09/2011

P1130506.JPG On quitte Önder, notre premier et tout bon Warmshower vers 10h. Même Yasin (réparateur de téléphone, fan de vélo, ami d’Önder) est venu nous dire au revoir et on croit voir un petit larme mais il prétexte la fatigue, c’est probablement ça d’ailleurs. On commence donc cette route bien plate vers Terme. Premier arrêt dans un station-pipi, on nous offre déjà le thé avant qu’on ait pu faire 7 km! On nous propose une douche aussi (on pue déjà?) car on est dans une station Shell « Extra Mola » de routiers avec mosquée, barbier, douche, etc. On continue notre route avec une bonne moyenne pour arriver à Terme (haha), assez tôt que pour manger seulement là, une bonne « pide » (genre de pizza au goût de pita) de chez Bizler avec un ayran (yaourt salé qu’on adore) et une petite salade. Le dessert -arrivé par surprise- nous est offert, un bon riz à la crème.
P1130513.JPG L’après-midi se déroule sans surprise, toujours plat et une bonne moyenne. Petites anecdotes :
– à une station-pipi, il y a un bouledogue anglais, Elodie est contente de retrouver des câlins et des bruits de cochon familiers.
– à une autre station-pipi, un bus de prisonniers fait halte pour les soulager, Elodie fera donc pipi sous haute surveillance armée.
– à une troisième station-pipi, il ne se passe rien de spécial.
– à une dernière station-pipi, le tandem n’est pas encore sur sa béquille qu’un thé m’est déjà tendu!
On s’arrêtera avant Ünye pour trouver une plage pour camper, c’est cool mais c’est plutôt sale… Le camp monté, 18h, Elodie a un gros coup de pompe et s’assoupit avant de manger. On grignotera un peu le temps de se rendormir…

Mercredi 28/09/2011

P1130550.JPG Aujourd’hui, on roule fatigués… On baille, on s’endort sur le vélo, on a besoin de faire plus de pauses malgré le plat. En fait, personne nous offre le thé, c’est peut-être ça! Enfin, ça roule bien et la petite pause à la station-pipi où il y a un chiot doberman (?) fait plaisir à Elodie. On mange nos pâtes un peu après en bord de mer à Fatsa.
P1130568.JPG Après on a dû décidé route tunnels tout droit ou route pas-tunnel détour… On choisira l’option la plus courte, les tunnels. On déconseille car si ça commence par de petits tunnels d’une centaine de mètres, celui qui fait 3850 m n’est pas très rassurant! Heureusement, la circulation est plutôt faible. A refaire avec plus de temps, on prendrait plutôt la route par Perşembe…
P1130588.JPG Arrivés à Ordu, on nous renseigne une plage pour planter la tente. Alors qu’on arrive sur les lieux, deux hommes plutôt chics nous abordent et nous posent des questions sur le vélo et le voyage. Ils nous informent que ce n’est pas une bonne idée de camper là car la police va venir nous embêter toute la nuit (ça serait interdit de camper ici car il y a eu des excès). Ils nous proposent de dormir à l’hôtel Hampton (by Hilton) gratuitement… Oui enfin, l’hôtel, il est pas fini (c’est encore du béton partout) et ils proposent juste de planter la tente dans leur propriété. P1130584-1.JPG On accepte et ils sont tout fou d’accueillir leurs premiers « guests » avant l’ouverture. Finalement, le manager des travaux nous propose de mettre le vélo dans le pickup et de dormir chez lui dans sa maison de vacances. On accepte, c’est mieux que le chantier! Repas « pide » offert, douche et au lit, propres et secs!
Lors de notre intéressante conversation avec Murat, on apprendra une info qui sera peut-être dans un concours carte postale!

Journée sans thé donc! Pourtant, on en a visité des stations-pipis!! Ça nous fait un peu bizarre…

Jeudi 29/09/2011

Résultats du jour : Elodie-Geoffroy 5-4! Mais quoi donc? Ben des thés offerts! Vous découvrirez pourquoi Elodie en a eu un de plus en lisant cet article!
P1130592.JPG On se réveille tranquillement dans notre maison d’été, enfin, dans celle de Murat en bord de Mer Noire. Petit déj digne d’un hôtel avec notre hôte qui nous pose des questions intéressantes sur notre voyage (le temps permet d’approfondir le thème, c’est pas comme les rencontres sur la route où on nous pose toujours la même question, à savoir… hahaha, non mais vous y croyiez?). On apprendra aussi qu’ils ont 3 mois de retard sur les travaux car l’entreprise de fenêtres avec laquelle ils ont un contrat de 500.000 € a été engloutie sous 3,5 m de boue lors des récentes fortes pluies.
On prend la route avec un petit cadeau (les turques remercient les invités de leur avoir permis de les aider) dont je ne peux parler, futur concours oblige. La route est toujours aussi relativement plate et roulante et après tout juste 7 km, déjà le premier thé offert en station-pipi. Il y en aura 2 autres, aussi en station-pipi, on compense la journée d’hier!

DSC_2647.JPG Arrivés à Giresun assez tôt, on fait une halte photo à la belle mosquée mais alors que je m’apprêtais à y entrer pour faire des photos, voilà l’appel qui résonne, zut! Mais les vieux m’invitent à y entrer, pas le temps de prévenir Elodie qui comprendra bien où je suis passé. J’assiste donc à la prière de la mi-journée après laquelle le jeune imam vient me saluer (ainsi que la plupart des fidèles). Il doit être plus jeune que moi et me pose quelques questions (job, religion, voyage…) et est très ouvert. Je lui raconte que chez nous, les prêtres sont plutôt des « dede » (grand-père en turc). Après, il propose qu’Elodie viennent aussi voir la mosquée. Je sors la chercher et je retrouve le vélo surveillé par un groupe de petits vieux car Elodie est aux « VG » (c’est comme ça qu’on prononce WC), ben oui, en fait pendant le temps de la prière, Elodie a reçu un thé (le fameux) et la vessie n’a pas tenu longtemps! L’imam nous ramène dans la mosquée et nous raconte qu’elle a une dizaine d’année, toute récente donc!
P1130609.JPG On continue la route après un lunch pain-fromage (qu’on avait acheté pour hier soir) et on voit un petit chiot de max 2 mois sur la grand route, il nous voit et décide de nous rejoindre en traversant mais les voitures et un gros camion arrivent! Que se passera-t-il?! On s’arrête sur le côté, les voitures passent, le camion klaxonne, le chiot s’arrête au milieu de la circulation, bientôt un drame sous nos yeux? Le camion s’arrête et Elodie le récupère! Ouf sauvé! Il est tout mignon et s’endort dans les bras d’Elodie. On cherche un chien adulte mais personne ne sait et personne n’en veut. On le déposera chez une petite vieille qui habite en bord de route. S’il se fait écraser, ça ne sera pas sous nos yeux et il a un petit sursis…P1130620.JPG Si on avait été en Belgique, il aurait pu atterrir chez nous! On part plus tranquille et plus tard, notre quota canin atteint des sommets lors de la rencontre d’Osman, un grand baveux avide de câlin à un station-pipi (décidément, on n’a pas de problème de chiens en Turquie, bien au contraire).
La journée s’achève à Espiye dans un hôtel un peu pourri pour 30 TL (à ce prix, on a vu bien mieux à Çerkeş). On demande à changer les draps qui n’étaient pas propres et une lumière dans la salle de bain! Mouais, heureusement qu’il y a une bonne place sécurisée pour le tandem…

Vous êtes plutôt gâtés en détails hein! Allez, au lit, il est super tard (21h30) 😉

Vendredi 30/09/2011

On commence la journée par un thé offert même avant le départ! De plus en plus fort! 4 autres suivront dans la journée aux stations-pipi! P1130628.JPGD’ailleurs, aujourd’hui, les stations-pipi seront des stations-pluie! Alors qu’à Bruxelles, c’est enfin l’été, ici on ramasse bien sur la tronche! On quitte l’hôtel et 2 minutes plus tard, le marathon-pluie commence! On s’abrite et on patiente jusqu’à l’accalmie pendant laquelle on enfilera nos vestes qu’on ne quittera plus de la journée! La journée sera une succession de pauses « pluie », tantôt aux stations-pluie, tantôt dans un genre de mess du village…. bref, on est plusieurs fois bien trempés.

P1130643.JPG A midi, on mange à une station-pluie mais la température (16°C), l’humidité et le vent nous poussent à franchir un cap important : remettre les chaussures! Bye les Teva! Ça y est, c’est l’automne! De toute façon, ça allait être pour bientôt quand on voit la météo à Erzurum (minima -3°C)… Encore quelques tunnels aussi sur la journée qui se terminera (diplomatiquement) à l’hôtel pour sécher car on a bien pris l’eau et les endroits pour camper sont plutôt rares par ici… Aujourd’hui, c’était un temps de chien, un temps à « rester sur le canapé avec Chica »

N’oubliez pas, il y a toujours plus de photos à voir sur l’album Picasaweb!

Afficher le lieu de publication

Retour vers la Mer Noire

Mercredi 21/09/2011

P1130372.JPG Aujourd’hui, la route est moins sympa car en travaux! Les 2×2 bandes confortables font place à 2×1 bandes tantôt d’un côté de la route, tantôt de l’autre côté. Les dépassements de camions de chantier sont tout de suite moins agréable et nous forcent parfois à nous rabattre sur le côté. Malgré cela, le paysage (toujours aussi beau) et la vitesse de croisière (élevée car pas mal de descente) nous permettent de garder le moral au beau fixe. Le petit thé offert en station-pipi (on appellera ça comme ça maintenant) y participe aussi!
Alors qu’on traverse des zones plutôt peu habitées, on cherche un endroit pour manger nos pâtes. On s’arrête après 50 km (déjà) car on trouve un endroit avec de l’ombre et je lance à Elodie « non mais tu crois qu’on trouvera une table ou quoi ». Et bien oui, deux tables de pic-nic avec une fontaine d’eau potable et à l’ombre qui plus est! On est en fait au milieu d’un petit village coupé en 2 par la route.
P1130386.JPG On continue de rouler et on atteindra les 75 km en s’arrêtant près de la rivière qu’on longe depuis quelques kilomètres déjà! L’eau est fraîche mais permet un débarbouillage au gant de toilette (merci Maman) agréable.
Les nombreux moustiques nous font entrer dans la tente, rapidos, on en sortira que pour faire pipi et se brosser les dents.
Au loin, on entend des explosions (ou coups de feu), pas rassurant! On se dit que c’est les gros travaux de la route qui ne s’arrêtent pas la nuit (les camions défilent à toute heure) et comme on a déjà vu des portions de route avec de très très gros trous (ils placent des écoulements sous la route), on se dit que c’est ça les boums…

Jeudi 22/09/2011

On quitte notre emplacement pour remonter sur notre D-100 préférée en direction de Samsun! A une station-pipi, on reçoit chacun 2 thés et un gros morceau de melon.
P1130405.JPGLes travaux et les klaxons des camions (vraiment fort, ça fait vraiment mal aux oreilles) nous font un peu regretter de prendre cette route. Bon, le paysage est heureusement toujours au rendez-vous ainsi que la météo, plus douce d’ailleurs (toujours une trentaine de degrés mais ciel voilé).
Contrôle de police ce matin! Ça faisait longtemps! Ils nous obligent à mettre nos casques et rouler sur le côté. Etrange puisque le casque moto ne semble pas obligatoire ainsi que la ceinture en voiture, et l’usage du téléphone au volant est largement répandu! On s’exécutera pour quelques kilomètres mais on retournera vite sur le bon macadam bien roulant sans nos casques (on les met quand même quand on trouve que c’est risqué, hein).
Dans l’aprèm, alors qu’on voit une source d’eau potable (petit muret facilement reconnaissable), on est invité pour le thé en bord de route avec un groupe d’amis. Ils s’intéressent à notre voyage, nos métiers,… comme d’hab. Plus intéressante est la question « pourquoi le vélo et pas le bus ou l’avion? » On aura le temps de répondre seulement « La nature! ». Elodie voulait ajouter « Les rencontres en bord de route » mais le seul a parler anglais commence un autre sujet. Ils nous mettent en garde par rapport aux kurdes, PKK, etc (c’est la 2ème fois), mais ils avouent en venir ou y avoir des amis/famille. On apprend aussi que leur premier ministre incite les turques à avoir minimum 3 enfants! Pour avoir encore plus de poids en Europe?
Sur la route, alors qu’il commence à être tard, en demandant où camper, tout le monde nous dirige vers un petit village où il n’y a visiblement pas d’endroit pour camper! Sur place, un monsieur semble vouloir nous héberger et le seul jeune parlant anglais (arrivé au village il y a 10 minutes) joue le rôle d’interprète pour faciliter les échanges car monsieur doit d’abord demander à madame! On sera accueillis, nourris et logés par des habitants qui nous laissent la maison (la famille dort ailleurs, on n’a pas tout compris).

Vendredi 23/09/2011

P1130424.JPG Ce matin, c’est difficile de partir car le petit déj s’éternise gentiment avec nos hôtes qui sont tristes de nous voir partir déjà mais nous voulons rouler! Elodie reçoit 2 petits cadeaux (collier, bracelet) et les voisins défilent pour nous rencontrer.
On prend la route et après 25 km, une crevaison! Probablement due à des déchets d’usinage de la jante (probablement lorsque le gars d’Istanbul a agrandi le trou de la valve).
On arrive à Osmancık à la mi-journée et on se paie un döner pour changer un peu de pâtes.
Sur la route, dans l’après-midi, on reçoit des amandes et cacahuètes (des sucrées genre M&M’s et des salées) d’un camionneur qui nous avait fait signe de nous arrêter. Mmmmh! Un peu plus tard, on a de nouveau 2 thés offerts par le gérant d’un resto routier un peu désert. Ils sont sympas et on parle du rapport entre la taille de leurs ventres, les nôtres et le fait de faire du vélo (c’est un thème récurrent)!
P1130453.JPG Plus tard, le vent se lève, le ciel devient menaçant et on décide de poser la tente à côté d’une mosquée en travaux et de Raşit, un des nombreux vendeurs d’oignons qui vit dans sa cabane toute l’année en bord de route et qui nous offre le thé! Après avoir monté le camp, voilà notre première pluie turque qui arrive et qui tombera une bonne partie de la nuit.

La s’maine passée,
à 4 du mat’,
j’y ai pensé,
les larmes éclatent!
… … … …
Chaque jour, j’y pense,
Ce grand voyage,
Quitter la danse,
Voir des nuages,

Chaque jour, j’y pense,
Partir un an,
Déjà immense,
Mais plus longtemps…?

Chaque jour, j’y pense,
Parfois, j’en pleure,
Court et intense,
Pendant des heures,

Chaque jour, j’y pense,
A quoi? A qui!
A not’ Florence,
Trop tôt partie.

Samedi 24/09/2011

Réveil, rangement, petit déj et séchage tente bien mouillée en 2h : beau chrono!
DSC_2553.JPG La route est toujours bonne et le paysage sympa. Lors d’une pause à une station-pipi Total à Merzifon, le patron nous invite dans son bureau, un très gentil vieux monsieur. Il était content de nous montrer qu’il avait reçu une carte postale de Paris de cyclistes (Vincent et Flore, si vous nous lisez) qu’il avait hébergés et notre passage devait lui rappeler cette histoire. Il nous offrira 2 thés et 2 pommes d’Amasya chacun ainsi qu’une bouteille d’eau du market!
Première journée depuis longtemps où le thermomètre ne dépassera pas les 30°C! On sent que la saison change par le coucher du soleil toujours de plus en plus tôt et l’inclinaison de ses rayons, même à midi.
P1130473.JPG Sur la route, on tente la traversée du premier tunnel d’une longue série. Cela semble dangereux car il n’y a pas de bande d’arrêt d’urgence pour nous, on préfère la petite route qui serpente à côté (plus sympa en plus). Pause thé (payé) à une aire de repos/resto/moquée et avant de partir pour trouver un endroit pour dormir, on demande si on peut camper devant la mosquée car l’herbe verte et confortable nous fait de l’oeil! Accepté, on monte le camp et on profite des toilettes pour se débarbouiller.

Dimanche 25/09/2011

Mauvais jour : paysage moins bien (on fait les difficiles), les camions klaxonnent toujours autant et aussi fort et la route est en travaux.
Il est bientôt l’heure de manger midi mais une côte se dessine à l’horizon et Elodie est à bout de force (pas assez mangé ce matin), on s’arrête à une table d’une station-pipi pour manger du pain/fromage et on reçoit 2 thés du pompiste bien sympa qui nous fait des petites tapes dans le dos lors de notre départ.
Grosse étape car finalement pas d’endroit pour camper entre la mosquée d’hier et Samsun! Heureusement, on termine par de la longue et fraîche descente. Encore un petit thé offert à l’entrée de la ville lors d’une pause station-pipi.
P1130483.JPG On est accueillis comme des rois par nos premiers Warmshowers (le CouchSurfing des cyclistes). Önder est pharmacien et vit au-dessus, dans l’immeuble familial.
La pluie s’invite à nouveau dans la soirée, ouf on est à l’abri! Fini les 30°C, mais toujours un bon 25 à un moment ou un autre. D’après Önder, la saison des pluies en région de la Mer Noire commence tout juste, chouette!
On passe la soirée à regarder nos photos sur leur TV, c’est drôle de revoir nos photos du début, depuis Budapest avec tout le monde puis les premiers jours avec Ole et Soph…

Lundi 26/09/2011

Alors qu’on avait demandé à Önder s’il connaissait un petit hôtel pas cher pour cette nuit (on reste à Samsun, repos), il nous propose de rester une nuit de plus chez eux! Proposition acceptée évidemment.
Aujourd’hui, mise en ligne de ce long message, nettoyage du linge en laverie, nettoyage de la chaîne arrière et petite balade prévue. On vous dira quoi plus tard!

Afficher le lieu de publication

Un peu (trop) de fraîcheur

Mardi, journée « glande » à l’hôtel « militaire » pour faire un deuxième tri bagages et chercher des infos sur des rayons DTSwiss (revendeurs bulgare ou turque, hélas aucun) ainsi qu’une éventuelle remorque. On s’allège de quelques kilos pour soulager le vélo, mais aussi pour pouvoir grimper les cols plus facilement. Or avec une remorque, on va devoir tirer des kilos en plus!

Mercredi, envoi du colis avec nos affaires « en trop » : 3,4kg quand même! 52 Leva… Ensuite on quitte l’agréable Pleven pour une route sous les nuages pas désagréable et on sue moins (22~25°). On se fait surprendre par une grosse pluie d’une heure alors qu’on allait se faire des pâtes à Lovec, du coup on s’est fait une bonne et pas chère lasagne maison dans un petit resto. On redémarre et on emprunte une toute petite route (improbable sans le GPS) en très mauvais état mais qui nous mène vers de beaux paysages du massif des Balkans (vidéo en test).
Décidés à camper, on fait les courses dans un bled puis on cherche un endroit en se dirigeant vers Sevlievo. Hélas, une pluie battante s’abat sur nous et la température chute à 17°! Ça nous décourage et on se jette trempés comme des serpillères dans le premier hôtel. Très correct. Encore un wifi squatté, bien que là il s’agit d’un wifi nommé Freewifi…
23h30, la pluie tombe toujours aussi fort qu’à notre arrivée…

Ce matin, il pleut encore et toujours des cordes! On se demande si on va faire nos 50km jusque Veliko Tarnovo comme ça ou si on poireaute. La rue devant l’hôtel n’est qu’une flaque géante!

Matos, à deux

Profitant d’un ride à vélo dans le coin, on s’arrête chez Starpole à deux, histoire de revoir le poste protection froid et pluie. Nos exigences : aérations sous les aisselles (indépendantes des poches), col montant, serrage poignets et taille, capuche,… On penche donc pour une solution avec :

  • une veste légère membrane Gore-Tex Proshell (la meilleure, la plus chère) avec des tirettes étanches, plusieurs poches, aérations sous les bras… Exemple : Mountain Hardwear (400 €)
  • avec une « doudoune » synthétique en Primaloft chaude et légère genre NorthFace Zephyrus Pullover (169 € mais s’enfile comme un pull, le zip ne fait pas toute la longueur) ou une Millet Composite PrimaLoft Jacket (139 € avec zip complet et une meilleure réduction?)
  • et là-dessous une polaire
  • un t-shirt synthétique
  • et on termine avec un sous-vêtement thermique (t-shirt longues manches)

La question des gants est abordée, il nous faudra un système multi-couches, comme pour le haut du corps : couche chaude, couche coupe-vent/pluie. Les Powerstretch de chez NorthFace semblent pas mal, mais les Vaude Inverno (pas chez Starpole) ont l’air intéressant (sur catalogue).

Pour le sac de couchage, malgré les tests de l’allergologue d’Elodie qui confirment la non-allergie, on se redirige vers le synthétique quitte à prendre quelques grammes en plus car ce n’est pas le dos qui porte… conseil du vendeur (sympa). Pas faux! Compter 250 €.

L’avantage du synthétique, pour rappel, est la conservation de la chaleur malgré l’humidité, contrairement au duvet.

D’après le vendeur, il nous assure 10% de réduction voire 15% si on atteint un certain montant « x ». Avec deux vestes à 400 et des doudounes à 150 (et si on y prend les sacs de couchage), on y arrivera sans trop de problème… Enfin, on n’a pas encore choisi, faudrait encore faire un tour chez Avventura!